3 alternatives écologiques au coton conventionnel

Le coton conventionnel est une matière ultra polluante. Il demande non seulement  énormément d’eau, mais il est aussi cultivé à l’aide d’innombrables pesticides. Quand on habite  en France, il vient de loin : Asie du Sud, Brésil, États-Unis. Son empreinte carbone est très élevée,  et ses conséquences sur la biodiversité des pays producteurs sont plus que problématiques.  Cette culture intensive participe également à menacer la santé des travailleurs et encourage le  non-respect de leurs droits fondamentaux. Si le coton biologique certifié GOTS est déjà une  meilleure option, il existe aussi d’autres matières dont l’impact environnemental est encore plus  modéré. Dans cet article, nous vous présentons trois alternatives écologiques au coton  conventionnel, autres que le coton bio.

Le lin

Le lin est l’une des matières les plus écologiques qui soient, surtout en France. Et pour cause !  Notre pays en est le principal producteur au monde. Il s’agit d’une matière noble 100 %  naturelle qui ne nécessite aucune irrigation, et pas — ou peu — de produits chimiques. En plus,  sa culture est zéro déchet puisque toutes les parties de la plante sont utilisées pour divers usages  (textiles, alimentation humaine ou animale, isolation). Mais malheureusement, 95 %, de la  production française est exportée vers l’Asie afin de subir des transformations (filature, tissage,  confection…). Pour qu’un vêtement en lin soit vraiment écoresponsable, la matière première doit  aussi être transformée en France, ou du moins en Europe. L’idéal étant qu’il soit bio pour  s’assurer qu’aucune substance nocive n’a été utilisée. 

Grâce à la longueur de ses fibres, le lin est ultra résistant. Il garantit une réelle durabilité aux  textiles, qui peuvent par ailleurs être compostés en fin de vie (à condition qu’ils soient 100 %  naturels et sans teinture chimique). C’est une matière particulièrement agréable à porter  puisqu’elle est thermorégulatrice et possède de grandes capacités d’absorption. Le lin est le  seul tissu qui s’adoucit et s’assouplit, sans s’abimer, au fil des lavages. Et comme toute matière  naturelle, il est hypoallergénique. L’inconvénient du lin est son aspect froissé inévitable, mais  c’est aussi ce qui le rend unique et reconnaissable. 

Le chanvre

Comme le lin, le chanvre est une matière textile très ancienne. Il a longtemps été délaissé au  profit des matières synthétiques ou du coton conventionnel, mais il revient désormais en force  pour ses qualités écologiques et techniques. La France se positionne de loin comme le premier  pays producteur d’Europe. Toutefois, la production française est aujourd’hui principalement  destinée à la fabrication d’huile et à la création de matériaux de BTP. La filière textile est en cours  de reconstruction, notamment grâce à l’association Lin et Chanvre Bio. Cette matière est totalement naturelle, et ne  demande ni substances chimiques ni irrigation. Le chanvre est donc particulièrement intéressant  sur le plan environnemental s’il est produit et transformé localement, de préférence selon les  principes de l’agriculture biologique. 

En termes de qualité, il présente de nombreuses similitudes avec le lin. Il est connu pour être très  solide et ne se déforme pas. Sa densité en fait aussi un très bon isolant thermique, et son  origine naturelle le rend antibactérien et biodégradable. L’unique inconvénient du chanvre est  son aspect légèrement rugueux qui peut créer une sensation d’inconfort sur la peau. Pour cette  raison, il est souvent mixé au coton afin d’obtenir une étoffe tout à fait douce. Lorsqu’il est  mélangé, mieux vaut s’assurer que les fibres complémentaires sont également naturelles, voire  biologiques pour le coton.

Le lyocell Tencel®

Cette matière artificielle (origine naturelle + transformation chimique) est conçue à partir de  cellulose de bois, et transformée à l’aide d’un solvant non toxique. Sa composition la rend  d’ailleurs 100 % biodégradable et compostable. Le lyocell de la marque Tencel® est réputé  pour son faible impact, grâce à sa fabrication en circuit fermé. En effet, l’eau et le solvant  nécessaires à sa transformation sont presque intégralement réutilisés (99,7 %). La pollution des  eaux usées et le gaspillage d’eau sont ainsi évités. Le bois, lui, est sourcé au sein de forêts  gérées durablement (FSC), et issu d’arbres qui ne nécessitent pas d’irrigation ni de pesticides.  Cette matière innovante est produite en Autriche par l’entreprise Lenzing, qui a déposé  l’appellation Tencel®. 

Le lyocell est doux, mais très résistant au temps. Son aspect peut varier selon le procédé de  fabrication choisi. Son élasticité et sa souplesse en font un tissu respirant, agréable à porter. Il  dispose aussi d’un pouvoir thermorégulateur appréciable et convient aux peaux sensibles,  puisqu’il est hypoallergénique. Seul inconvénient; il peut légèrement se déformer au fil de la  journée. Mais il présente l’énorme avantage de ne pas se froisser ! 

Comme pour les autres critères, la matière en elle-même ne suffit pas à juger du caractère  écologique d’un vêtement. Le nombre de kilomètres parcourus, les procédés de fabrication, et  les pratiques de l’entreprise pèsent également dans la balance. L’idéal est donc de se fier aux  labels de mode éthique et de se renseigner sur la marque. 

Emeline

Découvrez Beige Paris

Une marque française de vêtements en Lin Bio français.