Chaussures éthiques

Comment reconnaître des chaussures éthiques ?

Pour mieux comprendre ce terme et ce qu’il implique, n’hésitez pas à consulter notre article  d’introduction à la mode éthique. Ici, nous allons nous intéresser plus précisément aux  chaussures éthiques. De plus en plus de marques spécialisées se positionnent sur  l’écoresponsabilité de leurs produits. Si certaines s’engagent réellement pour la cause  environnementale et pour les droits humains, d’autres utilisent cet argument pour surfer sur la  vague, sans l’appui d’actes concrets. Il devient alors difficile pour les consommateurs de démêler  le vrai du faux, de détecter le greenwashing ou de faire confiance à un revendeur.

Chaussures éthiques

4 critères clés pour des chaussures éthiques

1. Matières premières

La composition est un élément indispensable à prendre en compte. Les exigences peuvent varier  selon les convictions de chacun, notamment pour le cuir, mais vont toutes dans le même sens.  Les matières synthétiques sont à éviter si elles ne sont pas issues du recyclage. Grâce à la  revalorisation de bouteilles en plastique, d’anciennes chaussures, ou même des pneus, le  polyester recyclé est beaucoup utilisé pour la fabrication de baskets, par exemple. Le latex  naturel (hévéa) est une autre alternative écologique pour constituer la semelle extérieure. Pour la  tige de la chaussure, lorsqu’il s’agit de cuir, le tannage végétal et la teinture végétale doivent  être privilégiés. Il existe aussi des matériaux innovants comme le Piñatex, le cuir de raisin, de  pomme et autres pour remplacer les matières d’origine animale. Concernant les chaussures en  toile, le tissu est idéalement artisanal ou issu de l’agriculture biologique.

2. Fournisseurs et fabrication

Au-delà des matières en elles-mêmes, les fournisseurs doivent aussi employer des pratiques  respectueuses de l’environnement et de l’humain. Du champ à l’usine, les travailleurs doivent  jouir de conditions dignes et légales. Si la marque fabricante fait preuve de transparence, cette  information est normalement accessible sur son site. Sinon, il est pertinent de contacter le service  client, ou d’interpeler la marque sur les réseaux sociaux, pour obtenir des précisions. En cas de  non-réponse ou de retour trop vague, on peut considérer que la matière première n’a pas été  conçue de manière éthique. Pour l’assemblage, les chaussures écologiques sont souvent  cousues, plutôt que collées, pour limiter l’utilisation de produits nocifs.   

3. Transport et distribution

Les modes de transport et le nombre de kilomètres parcourus pèsent dans l’empreinte carbone  finale. Les marques éthiques ont toujours une dimension environnementale, c’est pourquoi elles  prêtent attention à ne pas multiplier les trajets. Une entreprise peut par exemple choisir de bannir  l’avion ou de faire fabriquer la totalité du produit dans un même pays. Mais malgré l’enjeu que  représente le transport, il est souvent compliqué de concilier matières écologiques, commerce  équitable, savoir-faire et budget en une seule localisation. Pour cette raison, même les marques  engagées sont amenées à faire des concessions. Les points de vente peuvent également mettre  la puce à l’oreille. Les boutiques indépendantes spécialisées en éthique (lien vers le premier  article) sélectionnent leurs produits avec précaution, il est plus facile de leur faire confiance.

4. Marque et initiatives

La marque est un indicateur primordial pour juger de l’éthique des chaussures. Pour constater sa  bonne foi, la transparence est la clé. Si elle œuvre sincèrement pour des causes louables, elle  sera fière de le mettre en avant et prendra des initiatives pour appuyer ses engagements. Par  exemple, beaucoup d’enseignes éthiques collaborent avec des associations caritatives ou  écologiques, soutiennent l’artisanat et le savoir-faire traditionnel, tentent de compenser leurs  émissions carbone, etc. L’entreprise doit simplement afficher une démarche globale cohérente et une volonté d’amélioration continue, quant à ses impacts sociaux et environnementaux. 

Chaussures éthiques

Coup de cœur Etyka : 2 marques de baskets éthiques

Née à Nantes, cette marque propose des baskets écoresponsables (lien vers votre catégorie  chaussures) mixtes tournées vers l’humain.

Elle limite son impact environnemental grâce à une  production raisonnée : matières recyclées, cuir sans chrome, baskets vegan, emballages naturels ou recyclés.

Mais avant tout, N’Go s’engage pour un commerce équitable en permettant à des  artisanes vietnamiennes de travailler en échange d’un revenu décent. Ces femmes, issues de la  minorité des Thaï blancs, mettent leur savoir-faire traditionnel au service de la création de  baskets ethniques uniques. Réunies en coopérative, elles s’organisent collectivement et fixent  elles-mêmes leurs prix.

Parallèlement, l’entreprise soutient l’accès à l’éducation au sein de  villages vietnamiens marginalisés, avec le mouvement #NgoForEducation. En collaboration avec  l’ONG Sao Bien, elle contribue financièrement à la construction d’écoles dans le nord du  Vietnam.

Cette marque fait preuve de valeurs solidaires et sociales très fortes. 

Cette marque éthique française conçoit des chaussures colorées, inspirées de multiples  voyages en Afrique, et place également l’humain au cœur de ses préoccupations.

Soucieuse de  son impact économique et social sur le continent africain, elle attache une importance  particulière à nouer des relations durables avec ses partenaires locaux.

Panafrica encourage  l’impression traditionnelle en achetant son tissu wax en Côte d’Ivoire, elle contribue ainsi au  maintien de cette industrie en Afrique de l’Ouest. Grâce à son partenariat avec Afrika Tiss,  l’entreprise privilégie aussi l’achat local de toiles tissées artisanalement, par des femmes  défavorisées.

Pour s’inscrire dans une démarche de commerce équitable, les commandes sont  passées 6 mois à l’avance et la toile est achetée 3 fois plus cher qu’une toile conventionnelle. Les  artisanes ont ainsi la garantie d’un revenu décent.

L’assemblage des chaussures se fait dans un  atelier certifié au Maroc, auquel la marque rend visite chaque mois pour garantir le respect  d’une charte éthique stricte.

L’entreprise reverse 10% de ses bénéfices à des associations pour  soutenir l’accès à l’éducation et la formation professionnelle au Burkina Faso, au Bénin et au  Cameroun.

En constante recherche d’amélioration sur le plan environnemental, Panafrica propose  un service de recyclage des chaussures usées et travaille sur une offre de seconde main.