Labels de mode éthique : décryptage

Dans un monde idéal, il existerait un label unique et 100 % fiable, qui assurerait le respect de l’ensemble des critères de la mode éthique (linker article mode éthique). Mais la réalité est tout autre ! Des dizaines de certifications ont vu le jour, et il est parfois compliqué de s’y retrouver.

Dans cet article, nous avons répertorié les principaux labels de mode éthique pour vous aider à comprendre leurs différents engagements. Grâce à ce guide, vous serez en mesure de décrypter les étiquettes et fiches produits en un temps record !

Garanties éthiques, environnementales et sanitaires

Il est le plus exigeant dans l’industrie textile. Un vêtement certifié GOTS garantit le respect de  normes sociales, environnementales, et sanitaires strictes, de la graine au produit fini : 

– Matières premières : fibres naturelles, biologiques pour minimum 70 % du tissu     (niveau 2). Si le pourcentage n’est pas mentionné, l’étoffe est alors composée au minimum  de 95 % de matière biologique (niveau 1). 

Conditions de travail décentes, définies par les conventions de l’OIT (Organisation     Internationale du Travail) : respect des droits des salariés, liberté syndicale, sécurité     sanitaire, salaires justes, pas de travail des enfants, pas de travail forcé, etc.

– Procédés de production et de transformation respectueux de l’environnement : pas     d’OGM, minimisation des déchets, traitement des eaux usées, emballages FSC, etc.

– Absence d’utilisation de produits toxiques pour l’environnement et/ou pour la santé     (métaux lourds, formaldéhyde, solvants aromatiques, phtalates, nanoparticules       fonctionnelles, PVC, Plastisol, et agents blanchissants au chlore, colorants azoïques) 

Comme son nom l’indique, il certifie principalement le fait qu’une matière soit bien issue d’un  processus de recyclage. Pour autant, son cahier des charges comprend aussi des exigences  éthiques, écoresponsables, et sanitaires importantes : 

  • Matière première : minimum 50 % de matière recyclée 
  • Contrôle de la gestion des ressources (eau, énergie) et de l’impact carbone
  • Conditions de travail décentes relatives aux conventions de l’OIT
  • Absence d’utilisation de substances dangereuses pour l’environnement et/ou pour la     santé selon la législation européenne REACH

Garanties éthiques

Cette organisation travaille avec les entreprises adhérentes pour assurer des conditions de travail  justes dans l’industrie de la mode. L’adhésion d’une marque à cette fondation témoigne donc de  son engagement dans sa recherche d’amélioration quant à l’éthique sur ses lignes de production.  Fair Wear présente huit normes conformes aux conventions de l’OIT et à la Déclaration universelle  des droits de l’homme :

  • Interdiction du travail forcé
  • Interdiction du travail des enfants
  • Obligation de déclaration juridique des relations de travail
  • Obligation de payer un salaire décent
  • Interdiction à la discrimination au travail 
  • Liberté d’association et de droit de négociation collective
  • Horaires de travail contrôlés et raisonnés
  • Hygiène et sécurité au travail

Ce label du commerce équitable garantit une matière première cultivée et récoltée de façon juste  et décente. Dans l’industrie textile, il certifie donc que le coton en lui-même est équitable (et non  le produit fini) :  

  • Prix minimum garanti calculé sur la base des coûts de production durable
  • Prime de développement pour financer des projets économiques, sociaux et environnementaux 
  • Respect des droits fondamentaux des salariés
  • Autonomie des coopératives de producteurs et travailleurs

Garanties environnementales et sanitaires

Cette certification encourage l’économie circulaire en basant ses critères sur la production en  boucle fermée. Elle conceptualise la notion de produit « upcyclable » qui permet de maintenir la  qualité des matières premières tout au long des multiples cycles de vie du textile, contrairement  au recyclage : 

  • Conception vertueuse du vêtement, pour qu’il ne constitue pas un déchet, mais plutôt  une ressource infinie (facilité de désassemblage, matière réutilisable, etc.).
  • Traitement des eaux usées  
  • Compensation des émissions de carbone
  • Utilisation d’énergies renouvelables
  • Absence de substances dangereuses pour la santé

Créé par la Commission européenne, ce label écologique officiel régule l’impact de la production  et la consommation sur l’environnement et la santé. Il n’évalue pas la composition ni l’origine du  produit, mais s’intéresse à son empreinte globale, tout au long de son cycle de vie : 

  • Évaluation de l’incidence sur le dérèglement climatique, la nature, et la biodiversité
  • Évaluation des émissions carbone
  • Utilisation raisonnée des ressources
  • Absence d’OGM
  • Approvisionnement en fibres issues de forêts gérées durablement
  • Interdiction d’utilisation de substances toxiques définies par le règlement REACH

Garanties sanitaires

Parfois pris pour une certification écologique, Oeko-Tex est avant tout la référence en termes de  sécurité sanitaire. Ce label garantit uniquement l’absence de substances nocives pour la santé et  l’environnement. Il peut être attribué à un vêtement complet ou simplement à un élément de sa  fabrication (matière première, teinture, boutons, broderies, etc.) :

  • Standard 100 : non-toxicité des éléments testés
  • Leather Standard : non-toxicité des vêtements ou accessoires en cuir

Défense du bien-être animal

Très connue, cette association lutte pour le respect du droit et de la dignité des animaux. Leur  certification garantit que le vêtement ne contient aucune matière d’origine animale. Toutefois, elle  est fondée sur la bonne foi des marques qui remplissent la «déclaration d’assurance» nécessaire  à son obtention, aucun audit n’est réalisé par PETA.

Cette norme permet aux agriculteurs de prouver que leurs moutons sont élevés dans de bonnes  conditions et que leurs pâturages sont préservés. La laine labellisée RWS (Responsible Wool Standard) provient donc de  fermes dont les pratiques ont été vérifiées : 

  • Respect des Cinq Libertés du bien-être animal
  • Interdiction du mulesing
  • Protection des sols afin d’empêcher leur dégradation 
  • Interdiction de déforestation ou de conversion d’écosystèmes naturels en terres     agricoles
  • Bon traitement de la libre de laine tout au long de la chaîne de production 

L’ensemble des labels évoqués ci-dessus sont fiables dans leur catégorie. Toutefois, il faut garder  en tête que leurs niveaux d’exigence diffèrent. Chaque certification présente son propre cahier  des charges, la rendant plus ou moins facile à obtenir. Aussi, toutes les entreprises n’ont pas les  moyens de payer afin d’apposer ces logos rassurants sur leurs étiquettes. Le label constitue donc  une première indication importante, mais nous vous conseillons de regarder également les  matières et les engagements de la marque, pour juger l’éthique d’un vêtement. Quoi qu’il en  soit, vous en savez désormais assez pour être autonome dans l’analyse des labels, et ça, c’est  déjà un grand pas !

Emeline

Découvrez aussi

Cosmétiques 100% naturels : Bonne ou mauvaise idée ?

Dans cet article nous abordons les raisons de passer aux cosmétiques 100% naturels et comment opérer cette transition...

Comment reconnaître des chaussures éthiques ?

Parlons un peu des critères clés qui vous permettront de bien choisir votre prochaine paire de baskets éco-responsable.